Olivier CHARLIER

Country / Pays : Management : WORLD
Strings : Violin


© Jean-Baptiste Millot/Transart
Biographie :

Sans jamais rechercher le tapage médiatique, Olivier Charlier s’est imposé comme un des principaux violonistes de sa génération.

Sous un dehors de douceur et de modestie, il poursuit en fait un parcours exemplaire : Premier Prix du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris à 14 ans, couronné dans la foulée des lauriers internationaux les plus convoités (Munich, Montréal, Sibelius, Jacques Thibaud, Indianapolis, Young Concert Artists New York…), pris spontanément sous l’aile de monstres sacrés tels que Nadia Boulanger, Yehudi Menuhin et Henryk Szeryng, ce virtuose a connu un succès d’une fulgurante précocité.

Olivier Charlier peut, à juste titre, revendiquer son appartenance à l’école française de violon - celle de Jacques Thibaud, Ginette Neveu, Christian Ferras... et se vanter de la faire briller sur les scènes du monde entier.

Il a joué avec plus d’une cinquantaine d’orchestres français, aux premiers rangs desquels on trouve tous les orchestres parisiens (Orchestre National, Orchestre de Paris, Philharmonique de Radio France, Opéra, Ensemble Orchestral, Associations…), ainsi que tous les orchestres de régions (ONDIF, Lyon, Bordeaux, Toulouse, Lille, ONPL, Strasbourg, Montpellier, Cannes, Nice…).

Il est également l’invité régulier des grandes formations internationales : London Philharmonic, BBC Philharmonic, Hallé Orchestra, CBSO Birmingham, Symphonique de Berlin, Orchestres des Radios de Hambourg, Saarbrücken, Orchestre de Chambre du Württemberg, Bayerische Rundfunk, Tonhalle de Zurich, Nederlands Philharmonisch, Résidence de la Haye, Monte-Carlo, Prague, Zagreb, New York, Montréal, Québec, Mexico, Tokyo, Sydney...

Olivier Charlier poursuit avec discernement une carrière discographique, reflet de son éclectisme, comprenant entre autres (chez Chandos) les concertos de Dutilleux « L’arbre des songes », Lalo (Concerto Russe et Concerto en Fa), Edward Gregson, Gerard Schurmann (tous avec le BBC Philharmonic Orchestra), celui de Roberto Gerhard (BBC Symphony), les deux Mendelssohn avec l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo et Lawrence Foster (Erato), Saint-Saëns avec l’Ensemble Orchestral de Paris et Jean-Jacques Kantorow (EMI France).

En sonate, il a enregistré de nombreuses oeuvres françaises avec Jean Hubeau : Franck, Debussy, Saint-Saëns, Pierné, Vierne (Erato), et avec le duo qu’il forme avec Brigitte Engerer : Schumann, Grieg, et Beethoven (Harmonia Mundi).

Sont parus en 2008, les concertos n°3, 4 et 5 de Mozart avec le Prague Chamber Orchestra puis en 2010 les 4 Saisons de Vivaldi avec l’Orchestre de Chambre d’Auvergne, chez Transart Live. Il vient sortir un disque Chopin en musique de chambre, avec Abdel Rahman El Bacha et Antoine Pierlot chez Transart Live.

Olivier Charlier enseigne au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, où il a succédé à son professeur Pierre Doukan en 1992.

Il est régulièrement invité aux jurys des concours internationaux : Munich, Hanovre, Indianapolis, Jacques Thibaud, Sibelius, Menuhin competition…

Contact:
Anne Davy
Email: anne.davy@valmalete.com
Tél: +33 1 47 59 87 32

Henri Dutilleux, 17/01/2000:

"Cher Olivier Charlier,

En ce début d'année, mes pensées vont vers vous qui m'avez procuré à plusieurs reprises une joie très grande par votre interprétation de "l'Arbre des Songes", oeuvre que vous vous attachez à faire mieux connaître en France et à l'étranger.

Dès le moment où vous vous y êtes intéressé, j'ai constaté avec quelle sûreté vous parveniez à maîtriser les difficultés d'ordre technique d'une partition à laquelle vous donniez déjà tant de vous même. Mais au delà de l'aspect purement virtuose, vous conférez à votre jeu une intensité particulière en mettant en relief la véritable trajectoire de l'oeuvre, son élan, sa forme, son unité, tout en réalisant l'équilibre entre une orchestration souvent très dense et la partie soliste, comme un jeu de miroir constant.

Que ce soit en Angleterre, en Allemagne, aux Etats-Unis, en Amérique du Sud, en France... vous parenez à imposer cette oeuvre devant les publics les plus divers, à la faire renaître, en somme, intensément.

Ces quelques lignes vous diront toute ma gratitude et mon amitié.

Chaleureusement vôtre,

Henri Dutilleux."

 

Presse


« ...exactitude du style, pertinence des tempi, diversité de la dynamique, précision des échanges... Recommandable! »
S. F., Concertonet, février 2012 - CD Chopin with Antoine Pierlot & Abdel Rahman El Bacha, Transart Live

« Vivaldi's Four Seasons violin concertos are perhaps the most famous pieces of classical music in existence, and new versions of them continue to find a market. A performance by a regional French orchestra and a rising French violinist, none of them using historical instruments, might seem to have a hard road ahead to make itself heard, but this little reading is rounded out with a pair of other very common Vivaldi concertos. The disc was recorded live at a festival in Reims that has served as source material for a number of releases on the Transart label, which is oriented toward live recordings. Violinist Olivier Charlier has a fine singing tone and simply plays to his strengths, shifting the emphasis to the slow (and slower) movements and their limpid melodies. The result is that the most enduring and endearing Vivaldi melody of all (track 11) comes out very well indeed here, and in general the strong tempo contrasts work to the benefit of the music's pictorial scenes. The outer movements contain little that hasn't been done many times before, and the live engineering is uninspiring. But the lesson is that no matter how familiar the Vivaldi Four Seasons may become as they approach their second half century at the top of the classical heap, there's still plenty of room for individual musicians to find the places where these concertos fit their particular talents. »
ALLMUSIC – septembre 2011 - Vivaldi's 4 seasons with Orchestre d'Auvergne, Transart Live

Strad recommends
« Charlier plays with a wonderfully clear, focused sound, his vibrato understated and eloquent, his phrasing exquisite.
In full cry he is an exciting player, and if you wish to hear how to spin pure magic out of what seem the simplest of melodies, look no further. He recorded sound of these live performances is excellent, warm and well-balanced. »
Tim Homfray - The Strad - July 2011 - Vivaldi's 4 Seasons with Orchestre d'Auvergne, Transart Live

« (…) Le violoniste Olivier Charlier interprète la Symphonie espagnole (qui fut créée précisément par l’Orchestre Pasdeloup et Pablo de Sarasate en 1875), démontre toute sa filiation avec la grande tradition de l’Ecole française – en particulier celle de son maître Pierre Doukan. Pureté de ligne, fermeté du trait, sobriété des effets (y compris dans le Rondo-allegro final), qualité du phrasé et de l’intonation caractérisent une interprétation épurée et naturelle. »
Michel Le Naour – Concertclassic.com - février 2011

« Olivier Charlier signe un superbe enregistrement, dirigeant de son archet aérien et élégant le Prague Chamber Orchestra. »
J. Lukas, La Terrasse, décembre 2008 - Mozart's Violin Concertos nos. 3, 4, 5 with Prague Chamber Orchestra, Transart Live

« En apportant [à ces concertos] une vocalité épurée et élégante, Olivier Charlier poursuit une lignée de violonistes olympiens tels Henryk Szering (son maître) ou Arthur Grumiaux, qui mettent en avant une plastique vocale abstraite et une sonorité classique. Des oreilles pressées risquent de passer à côté de cette poésie de l’exactitude chère à Paul Valéry… »
F. Langlois, Le Monde de la Musique, novembre 2008

« Un son racé, un jeu d’archet parfait et rapide, une technique inébranlable (…) une très belle exécution de ce Concerto [n°3 de Saint-Saëns], qui permet à Olivier Charlier de prétendre très dignement à sa place dans la grande lignée des Francescatti, Thibaud et autres… »
Audrey Roncigli, Resmusica, 12 février 2007

« Some of the most memorable aspects of this concert were associated with the performance of Tchaïkovsky’s Violin Concerto. Olivier Charlier’s playing of the solo part had the sort of power and subtlety of tone that inspires total confidence. He is one of those musicians whose pianissimos filled the hall. The dance-like energy of the finale felt all the more appropriate for seeming to be effortless. »
Irish Times, 3 juin 2006

« The program’s main curiosity was Marius Constant ‘103 Regards dans l’eau’ , a 1981 violin concerto in four movements, each embodying a stream of varied characterizations of water. Much of the action is in the solo violin line, which Olivier Charlier played with suppleness and drive. »
Allan Kozinn, The New York Times, 24 janvier 2006

« Le soliste s’est révélé dans une œuvre qu’il semble affectionner : le nocturne pour violon et orchestre Sur le même accord d’Henri Dutilleux, particulièrement réussi. C’est en effet avec un rare bonheur que le soliste traduit le climat onirique, l’élan, le lyrisme avec l’impact poétique que réclame cette œuvre. Certainement un moment intense qui nous apporte de nouvelles raisons d’admirer et d’aimer les œuvres d’Henri Dutilleux. »
Pierre Chevreau, Journal l’Alsace, 2 juillet 2005

« Défendu par le Français Olivier Charlier, le Concerto pour violon de Berg s’inscrit sans doute, par sa gravité, parmi les moments forts de cette saison. (…) Olivier Charlier exploite ce lyrisme particulier avec goût et de façon affirmée. Les différents caractères demandés par l’auteur, le viennois, le rustique, sont notamment bien rendus. Et l’apparition du choral Es ist genug emprunté à Bach mais semblant provenir d’un autre monde, produit un effet assez prodigieux ».
Richard Boisvert, Le Soleil, 25 février 2005

« Hohe Geigen-Schule mit Olivier Charlier und Tchaïkovskys Violin-konzert in D-dur. (...) die ganze wippende Gestalt des Geigers ist schon Dynamik pur, sein Ton aber bleibt, den technischen Finessen trotzend, souverän, leicht, ja, auch raffiniert – der Mann ist schliesslic Franzose. »
Saarbrücker Zeitung, 12 décembre 2005

« Des ovations sans fin pour le violoniste Olivier Charlier, à l’archet superbe et généreux (…) On a aimé Charlier vivant sa partition, ses aigus d’une finesse inouïe, son lyrisme s’épanouissant dans un paysage contrasté. Le violon de l’âme, une fête pour l’esprit. »
Aurore Busser, Nice Matin, 10 mars 2004

« Hier enfin, le public de Saarbrücken pouvait faire connaissance avec une œuvre orchestrale du compositeur contemporain Henri Dutilleux, surtout connu dans sa France natale… Olivier Charlier en remplacement de dernière minute était le soliste du concerto pour violon.
Malgré l’écriture atonale l’œuvre est agréablement audible. Le titre « L’Arbre des Songes » a été choisi par Dutilleux parce que les sons se mêlent comme des branches. La partie solo est intégrée, mais jamais couverte. Charlier résout les multiples difficultés avec un son généreux et une déconcertante assurance.
…Avec le « bis », une étude de Fiorillo, Charlier montre qu’il est aussi un maître de virtuosité dans l’acrobatique du violon. »
Saarbrücker Zeitung, 24 mars 2003, « Des sons qui s’emmêlent comme des branches »

« Largeur et profondeur du son, sûreté technique, mais, surtout, qualité du chant et implication émotionnelle, Olivier Charlier a montré partout autant de fougue que d’élégance. »
www.concertonet.com, 17 déc 2001

 

Répertoire

Bach
Concerto en la mineur  BWV 1041
Concerto en mi Majeur BWV 1042
Concerto en ré mineur pour 2 violons BWV 1043

Barber
Concerto pour violon op. 14

Bartok
Première Rhapsodie
Concerto n° 1 op. posth.

Bacri
« Cantilènes » pour violon et orchestre

Berg
Romance n°1 op. 40 en sol, n°2 op. 50 en fa
Concerto en ré Majeur op.61
Triple Concerto en do Majeur op.56
Concerto « à la mémoire d’un ange »

Bernstein
Sérénade pour violon et orchestre à cordes

Brahms
Concerto en ré Majeur op.77
Double Concerto en la mineur op.102

Bruch   
Concerto n°1 en sol Majeur op. 26

Chausson
Poème*
Concert op. 21 pour violon, piano, et cordes

Constant
« 103 Regards dans l’eau », concerto pour violon*

De Freitas Branco
Concerto pour violon

Dutilleux
« L’arbre des songes », Concerto pour violon*

Dvorak
« Sur le même accord », Nocturne pour violon et orchestre
Concerto en la mineur op.53

Gerhard
Concerto pour violon*

Gregson
Concerto pour violon (2000)*

Gruber
« Nebelsteinmusik » concerto for violin

Hahn
Concerto en ré Majeur

Haydn
Concerto en do Majeur Hob VIIa, 1
Concerto en Fa Majeur pour violon et piano

Hartmann
Concerto funèbre pour violon et cordes

Hoddinot
« Le Mistral » Concerto pour violon n°2

Hubeau
Concerto en do Majeur

Khatchaturian
Concerto en ré

Lalo
Symphonie espagnole op.21
Concerto russe op.29*
Concerto en fa op.20*

Leclair
Concerto en la Majeur n°6

Mendelssohn
Concerto n°1 en ré mineur pour violon et cordes*
Concerto n°2 en mi mineur op.64*
Concerto en ré mineur pour violon, piano et cordes

Mozart
Concerto pour 2 violons en do Majeur K190
Concerto n°2 en ré Majeur K 211
Concerto n°3 en sol Majeur K 216*

* enregistré en CD

Biography :

Olivier Charlier is a modest man who has never courted the media but has made a name for himself as one of the finest violinists of his generation.

He showed a precocious talent, graduating with a Premier Prix from the Paris Conservatoire (CNSM) at the age of fourteen, then reaping prizes at international competitions, including Munich, Montreal, Helsinki (Sibelius), Paris (Jacques Thibaud), Indianapolis, and New York (Young Concert Artists). Great artists such as Nadia Boulanger, Yehudi Menuhin and Henryk Szeryng spontaneously took the brilliant young musician under their wing.

Olivier Charlier is a fine representative of the French school of violin playing (that of Jacques Thibaud, Ginette Neveu, Christian Ferras) on stages all over the world.

He has given concerts with about fifty different French orchestras, including all those of Paris (Orchestre National, Orchestre de Paris, Philharmonique de Radio France, Opéra, Ensemble Orchestral, etc.), and all the regional orchestras (Orchestre National d’Ile de France, Orchestre National des Pays de Loire, Lyon, Bordeaux, Toulouse, Lille, Strasbourg, Montpellier, Cannes, Nice, etc)

He also appears regularly with major international orchestras: London Philharmonic, BBC Philharmonic, Hallé, CBSO, Berlin Symphony, Hamburg and Saarbrücken Radio Orchestras, Württemberg Chamber Orchestra, Bayerische Rundfunk, Tonhalle Zurich, Netherlands Philharmonic, the orchestras of The Hague, Monte-Carlo, Prague, Zagreb, New York, Montreal, Quebec, Mexico, Tokyo, Sydney, Stockholm and so on.

Olivier Charlier’s active recording career reflects his eclecticism ; it includes (for Chandos) the violin concertos by Dutilleux (‘L’arbre des songes’), Lalo (Russian Concerto and Concerto in F), Edward Gregson, Gerard  Schurmann, all of them with the BBC Philharmonic Orchestra and the Roberto Gerhard Concerto, with the BBC Symphony Orchestra; (for Erato) the Mendelssohn Concertos with the Monte-Carlo Philharmonic and Lawrence Foster; (for EMI France) Saint-Saëns with the Ensemble Orchestral de Paris and Jean-Jacques Kantorow.

He has also recorded many French sonatas, with Jean Hubeau (Franck, Debussy, Saint-Saëns, Pierné, Vierne) for Erato, and with Brigitte Engerer (Schumann, Grieg, Beethoven) for Harmonia Mundi.

In 2008, he released Mozart’s concertos nos. 3, 4 and 5 with the Prague Chamber Orchestra and in 2010 Vivaldi’s 4 Seasons with the Orchestre de Chambre d’Auvergne for Transart Live. His last CD Chopin's chamber music with Antoine Pierlot and Abdel Rahman El Bacha was released in January 2012.

Olivier Charlier teaches at the Paris Conservatoire (CNSM), where he succeeded Pierre Doukan (who taught him) in 1992.
He is regularly among the judges at international competitions, including Munich, Hanover, Indianapolis, Jacques Thibaud, Sibelius, etc.

 

Henri Dutilleux, 17/01/2000:

"Dear Olivier Charlier,


In the beginning of this year, my thoughts go to you, who provided me various times with an immense joy thanks to your interpretation of « l’Arbre des songes », a piece you meticulously took care of, making it well known in France and abroad.


From the very moment you took interest in it, I noticed the confidence with which you were able to master the technical difficulties of the score, having already given it so much of yourself. Still, apart from the purely virtuose aspect, you bestowed upon your play a singular intensity, bringing to light the work’s genuine trajectory, its impetus, its shape, its unity, whilst successfully balancing an often dense orchestration with the soloist part, as if your play was working like a mirror between these two entities.


Be it in England, in Germany, in the United Staes, in South America, in France… you manage to impose this piece in front of the most diverse audiences, making it come alive again, all in all, intensely.


These few lines shall tell you my whole gratitude and frienship.


Yours sincerely,

 
Henri Dutilleux. "

 

DOWNLOAD HIS CDS






Retour Page précédente


© 2002 www.valmalete.com

mercredi 26 juillet 2017